PRESS RELEASE
The YWCA and Its Foundation Grant the 2014 Woman of Distinction Award, Sports and Wellness Category, to Caroline Ouellette, Athlete and Four-Time Olympic Hockey Medallist
May 20, 2014 – The YWCA Montreal, its Foundation and Scotiabank are proud to present the Woman of Distinction Award in the Sports and Wellness category to a woman who stands out for her determination: Caroline Ouellette, athlete and four-time Olympic hockey medallist. Selected by independent volunteer committees, Ouellette will be honoured on September 30, 2014, at the 21st Women of Distinction Awards, held at the Palais des congrès de Montréal.
An accomplished athlete who has made a significant contribution to women’s hockey
Ouellette started playing hockey when she was nine. Through determination, passion and perseverance, she achieved her teenage dream of becoming a professional athlete. A pillar of the national hockey team since 1999, she has been a source of inspiration to her teammates in the Montreal Stars, the Canadian Women’s Hockey League (CWHL) and the Bulldogs of the University of Minnesota Duluth in the United States. Ouellette has accumulated an impressive record of achievements during her 12 years of playing for Team Canada: four Olympic gold medals (Sochi 2014, Vancouver 2010, Turin 2006, Salt Lake City 2002); six World Championship gold medals (1999–2001, 2004, 2007, 2012) and five World Championship silver medals (2005, 2008, 2009, 2011, 2013). Assistant captain of the Canadian hockey team from 2006 to 2013, Ouellette was named captain in 2014 for the Sochi games. Her leadership and determination were instrumental in the team’s success. Her vast experience, maturity and team spirit have significantly contributed to uniting the players in the face of seemingly insurmountable obstacles. Ouellette has been a member of the Women’s High Performance Advisory Committee since 2006. In 2013, she received the Isobel Gathorne-Hardy Award, bestowed each year to an active player who has made a significant contribution to women’s hockey, both on and off the ice, and who has demonstrated a strong community involvement and dedication to all aspects of the game.
Advocating the importance of sports for youth wellness
Ouellette’s achievements reach far beyond the rink. She holds a bachelor’s degree in criminology and another in women’s studies from the University of Minnesota Duluth (UMD), and she is very active in her community. Due to her success with the Canadian hockey team and her extensive experience as a public speaker, Ouellette is a compelling spokesperson, advocating the health benefits of sports for young people. At home and abroad, she often addresses the issue of girls’ confidence and self-esteem; she recently travelled to Africa as an Athlete Ambassador for Right to Play.
As assistant coach of the Concordia University Stingers and through her training camps for girls, Ouellette shares her vast knowledge of the game. She is also a guest speaker and spokesperson for the Quebec Breast Cancer Foundation’s Carrément Rose campaign.
Ouellette recently took part in an expedition to the North Pole with the True Patriot Love Foundation. Along with teammate Geneviève Lacasse and 52 others, including several corporate leaders and 12 soldiers, she helped raise $1.75 million in support of the foundation that helps wounded Canadian soldiers.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Le Y des femmes et sa Fondation décernent Carole Chapdelaine (Banque Scotia) et Caroline Ouellette - Sports et Bien être

Prix-Femmes-de-merite-2014- à Madame Caroline Ouellette, athlète et quadruple médaillée olympique en hockey

Montréal, le 20 mai 2014 – Le Y des femmes de Montréal, sa Fondation et Banque Scotia sont fiers de décerner le Prix Femme de mérite, catégorie Sport et mieux-être à une femme déterminée : Madame Caroline Ouellette, athlète et quadruple médaillée olympique en hockey. Sélectionnée par des comités bénévoles indépendants, Madame Caroline Ouellette, sera honorée le 30 septembre 2014 au Palais des congrès de Montréal lors des 21e Prix Femmes de mérite.

Une athlète accomplie ayant contribué significativement au développement du hockey féminin

Caroline Ouellette a commencé à jouer au hockey à l’âge de neuf ans. Son rêve d’adolescente – devenir une athlète de haut niveau – est devenu réalité grâce à la détermination, la passion, et la persévérance dont elle fait preuve. Pilier de l’équipe nationale de hockey depuis 1999, elle est devenue au fil des années une source d’inspiration pour ses coéquipières des Stars de Montréal, de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF), et des Bulldogs de l’Université du Minnesota-Duluth, dans les rangs universitaires américains. Pendant ses douze années au sein de l’équipe canadienne de Hockey sur glace, Caroline Ouellette a eu un parcours exceptionnel, elle est : quatre fois championne olympique (Sotchi 2014, Vancouver 2010, Turin 2006, Salt Lake 2002), six fois championne du monde (1999 à 2001, 2004, 2007, 2012) et cinq fois médaillée d’argent aux Championnats du monde (2005, 2008, 2009, 2011, 2013). Assistante-capitaine de l’équipe canadienne de hockey de 2006 à 2013, Caroline Ouellette est nommée capitaine en 2014 pour les Jeux de Sotchi. Sa détermination et son leadership ont été déterminants dans le succès de l’équipe. Sa grande expérience, sa maturité et son immense sens de l’équipe ont contribué de façon marquante à souder les joueuses face à des épreuves qu’on croyait insurmontables. Caroline Ouellette est membre du comité de l’Association des joueuses de l’équipe canadienne de hockey (WHPAC) depuis 2006. En 2013, elle reçoit le prix Isobel Gathorne-Hardy, remis chaque année à une joueuse pour son apport important au hockey féminin, tant sur la glace qu’à l’extérieur, et qui fait preuve d’un généreux engagement communautaire dans tous les aspects du sport.

Une porte-parole convaincante sur l’importance du sport pour le mieux-être des jeunes
Les réalisations de Caroline Ouellette ne se limitent pas à son sport. Diplômée de l’Université du Minnesota-Duluth (UMD) avec deux baccalauréats en Criminologie et Études féministes, elle s’implique grandement dans sa communauté. Par le succès de l’équipe canadienne et à travers son rôle fréquent de conférencière, Caroline Ouellette est une porte-parole convaincante sur l’importance du sport pour le bien-être des jeunes. La confiance et l’estime de soi des filles à travers la pratique du sport sont parmi les thèmes qu’elle aborde fréquemment ici et à travers le monde, jusqu’en Afrique où elle s’est rendue à titre athlète ambassadrice pour Right to Play.
Caroline Ouellette partage ses profondes connaissances du jeu à travers son poste d’entraîneuse adjointe pour les Stingers de l’université Concordia et du camp d’entraînement pour les filles qu’elle a mis sur pied. Elle est également conférencière invitée et porte-parole de la campagne « Carrément Rose » pour la Fondation québécoise du cancer du sein. Récemment Caroline Ouellette a accompagné la Fondation True Patriot Love dans une expédition vers le Pôle Nord avec sa coéquipière Geneviève Lacasse, 52 personnes, dont des chefs d’entreprises et
12 soldats. Au total, cette expédition a permis d’amasser 1.75 million pour la Fondation qui vient en aide à aux militaires canadiens blessés au combat.

Les 21e Prix Femmes de mérite 2014
Les 21e Prix femmes de mérite seront décernés le 30 septembre 2014 au Palais des congrès de Montréal. Depuis 1994, les Prix femmes de mérite du Y des femmes de Montréal ont mis en lumière le parcours de plus de 240 femmes. Barry F. Lorenzetti, président, chef de la direction et fondateur de BFL CANADA, sera le président d’honneur de cette 21e soirée : une soirée mémorable à la hauteur des lauréates, rythmée par la musique des Beatles, avec le fameux groupe Replay The Beatles. Tous les profits amassés au cours de l’évènement seront dédiés aux activités du Y des femmes de Montréal pour bâtir un avenir meilleur pour les femmes et les filles.
Cet évènement majeur est rendu possible grâce à la généreuse contribution de nos partenaires émérite et de catégories ainsi que le Secrétariat à la condition féminine, l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec et McKesson Canada.

Le 30 septembre 2014 au Palais des congrès de Montréal.
Pour plus d’information : prix@ydesfemmesmtl.org ou Fondation.Ydesfemmesmtl.org Pour achat de tables et billets : 514 866-9944 ou prix@ydesfemmesmtl.org
Depuis 1875, le Y des femmes de Montréal, par ses programmes novateurs et adaptés, accompagne des milliers de femmes et de filles en travaillant à la prévention des violences, au développement des compétences, de l’estime de soi, de l’autonomie et de l’épanouissement personnel. Ainsi, il contribue à bâtir un avenir meilleur pour les femmes et les filles dans la perspective d’une société juste où elles ont le pouvoir et la possibilité de participer à la mesure de leurs capacités.

Photos par Marcie Richstone

Caroline en entrevue à Global TV
http://globalnews.ca/video/1589891/ywca-woman-of-distinction-2014-caroline-ouellette

Toutes les lauréates:
http://www.ydesfemmesmtl.org/Fr/Laureates2014.html

Montreal Stars season passes – only avail until Nov 1!

Come support me and the Montreal Stars, as we compete in the Canadian Women’s Hockey League:

Stars’ 2014-15 Schedule
http://cwhlmontreal.stats.pointstreak.com/teamschedule.html?teamid=277086

Screen Shot 2014-09-04 at 1.00.58 PMATTENTION STARS FANS! Snap up your season pass, for all 12 Stars home games, for just $140. They are only available until November 1st 2014, so act now!

Regular tickets cost $15 each, making this pass a great deal.

CLICK HERE TO GET YOUR MONTREAL STARS SEASON PASS NOW!
http://store.cwhl.ca/products/montreal-stars-season-pass

Passes will be on sale at the door but ONLY at our home opener on Oct 18th.

Individual Tickets are $15, children under 6 free

Thanks!

Venez m’encourager et appuyer les Stars de Montréal lors de nos compétitions dans la Ligue canadienne de hockey féminin :

ATTENTION PARTISANS DES STARS! Achetez votre passe de saison aux 12 matchs à domicile, pour 140$. L’offre prendra fin le 1er novembre 2014, alors réservez votre place maintenant!

Les billets individuels sont en vente pour 15$ chacun. Les passes de saison offrent donc des économies considérables.

CLIQUEZ ICI POUR ACHETER VOTRE PASSE DE SAISON DES STARS DE MONTRÉAL

http://store.cwhl.ca/products/montreal-stars-season-pass

Les passes seront aussi en vente à la porte SEULEMENT au match d’ouverture le 18 octobre.

Billets individuels $15, gratuit pour les enfants de moins de 6 ans

Calendrier 2014-15 des Stars
http://cwhlmontreal.stats.pointstreak.com/teamschedule.html?teamid=277086

Merci!

Our win against all odds

My teammates and I returned from Sochi on February 25th. The reception we received has truly been amazing and touching. Canadians everywhere have been telling us it was the greatest hockey game they have ever seen and have even compared it to the 1972 Summit Series between Canada and the Soviet Union. Marie-Philip Poulin’s goal was heard all across Canada. This is proof that sport brings a nation together. That is its greatest power and beauty. We are just starting to comprehend what we were able to accomplish.

The night before our Olympic final, we watched Kaillie Humphries and Heather Moyse make an improbable comeback to win back-to-back Olympic gold in bobsleigh. We screamed at the top of our lungs as we saw the time difference shed away, as the American driver could not match Kaillie’s near-to-perfection driving in the previous race. When they won, we jumped and hugged as if we too, had won the medal. The day of the final we received a note written by Heather. It was prophetic of our fate. It said…. ¬¬¬¬¬¬¬¬
‘’There are ups and downs in every race/game, but we are proof that if you keep believing in the possibilities, results can be golden. Own it! The ice is yours! Fight until the bitter end!’’

I will keep that letter forever. I still have the inspiring letters Cassie Campbell wrote our team before the Olympic finals in 2002 and 2006. Because I believe to my core that we were prepared for this moment, I wrote a note to the team the night before the final.

Here’s part of my letter:

‘’We are ready for this moment! I believe in our preparation, in all the adversity we have faced that has made us stronger. We are built with people who are prepared to handle anything. We have faced all the possible situations and have found a way to overcome anything that was thrown at us!
Tomorrow will not be different, the podium is reserved for the Brave, it will hurt. It will require that we play with composed desperation! And no matter what happens, we keep fighting! We keep coming together, wave after wave of RED! We have the never say die attitude!
We have pulled one another through so many finish lines! We have proven to ourselves that we always have so much more to give, that we are capable of so much!
This is our last game together… Let’s make it one to be proud of and to remember forever!’’

Needless to say, the game did not start as well as we hoped. Down one goal after two periods, we reminded each other that we had made a comeback in the third period in the round robin game against them to win 3-2. The third period throughout the season was always our best. We believed we were fit to compete for 60 minutes and more if needed.

But then down by two goals in the third against a strong U.S. team, the odds were highly against us, with less than four minutes in the game. We stayed calm and focused on the bench, cheering each other on, giving energy as much as possible. Feeling nervous inside but never showing it, never giving up until it was over.

Brianne Jenner’s goal was uplifting and energizing. Then the goddesses of hockey were on our side, when after an unlucky tangle with the ref, the puck rolled down to hit the post. From the bench where I stood, the angle of the puck rolling appeared as if it was going in. But the puck was up, and like a curling stone, began to swirl to the left. Everyone held their breaths. It would have felt so unfair to finish the game that way. We screamed when we saw the puck hit the post. Hope came with the realization we were still alive. It almost felt like we were destined to complete the comeback. It made us believe even more.

No one deserved more than Marie-Philip Poulin to tie the game in a dramatic fashion with 55 seconds left! Our bench went insane, jumping and hugging in unstoppable fashion!

In the locker room after regulation, we were excited and felt we had all the momentum in the world. I have never felt a group of people so driven to win. There was this mix of confidence and certainty we could make it happen in overtime. When Poulin scored in overtime after a beautiful passing play by Laura Fortino, it felt so surreal. It still feels like a dream today.

What people ignore is that our hero, Marie-Philip Poulin, injured herself early this season. After a long rehab, she returned to play, immediately aggravating her injury. How cruel sport can be at times. Poulin spent several months incapable of playing. Yet she was relentlessly training and rehabbing every day, in the hope that she could do it right the next time. And she did just that, returning stronger than ever and coping with remaining pain. She lead our team with the intensity of her play and the poise so few have in the world to score the most important goals. The medals of courage go to Poulin and also Meaghan Mikkelson, who played the final game with a broken hand.

I have to admit that this year was so difficult physically and emotionally, that it even made me question my love for the game for the first time in my life. Later on, I realized I still had it in me and my energy returned. The love was there. Our season was filled with obstacles, changes, injuries, and more loses than victories. The great Peter Jensen, our sport psychologist said often ‘’The only certainty in life is change. Let go of what you must.’’ We have the choice to resist it or accept what we cannot change and move forward. But through this season’s adversity, what could not be measured is the resiliency we gained, which became the catalyst of our success. In the end, our team slogan became Unity in Adversity. It embodied our journey together. Our logo is a puzzle piece that represents each member of the team as an important link to our strength and success. Because each and every one of us was great in our given role, our team was unstoppable!

Our head coach Dan Church’s sudden departure was difficult to handle and came as a shock. We had a large head-start over the Americans with a month long boot camp in May and starting our centralization over a month earlier. We came out of the gate flying, winning three games in a row against the Americans. Then came the drought, the inability to score, injuries, despair, and what felt like, insurmountable fatigue. With defeats came turmoil and change in coaching. I am thankful to Dan, who was with us for most of the journey. And that made me understand that my best contribution to the team would not be to score goals but through leadership.

Kevin Dineen brought with him a new energy; a fresh start. He had the wisdom to never look in the past. He took us forward. He understood the importance of creating an incredibly strong relationship of trust with assistant coaches Lisa Haley, Danielle Goyette and the entire staff. His expertise came from coaching in the NHL, playing in the league for years, many of them being captain. You cannot teach that knowledge. Kevin is the charismatic leader you crave to hear speak. Kevin coached with passion and courage. He did not care about what had been accomplished in the past by individuals. We had to prove ourselves all over again. We had to earn every inch of reward. He shook our comfort zone, challenging us at a whole new level. He demanded accountability and full-on commitment to the team’s success. Kevin made us check our ego at the door. In the end Kevin, Danielle, Lisa and our staff created a united team prepared to fight through anything. We are not irrational. We know that Kevin’s stay with us is not permanent. We aspire to bring home an Olympic gold medal; he aspires to win the Stanley Cup! I so wish him both! What will immortalize this moment with us the Olympic ring tattoo he will soon get. Delivering on his promise to the players for a win!

I know real well that part of the win was an improbable twist of fate. And although the Americans and Canadians players enjoy disliking one another, I cannot begin to imagine the agony they feel. An inch is how close the Americans were to gold. This was the ninth match between us in the season, and both teams had won four games. For athletes, it’s never just a game. It’s what drives us each day to push ourselves harder. In hockey, we win gold, we lose silver. In women’s hockey, only a gold medal seems acceptable. The hurt will never ceases for them, but life moves forward. I wish that someday, they can too, and will feel pride in their Olympic journey.

A special moment since our win was to see the countless footage of people’s reactions to Poulin’s golden goal. Proof of the power of sport to lift a nation! Even today, Canadians still talk to me about our 2002 win in Salt Lake City. We were resilient and composed through the 13 penalties we faced. In many ways, this season resembled our 2002 journey. Adversity all along and triumph against all odds, in the one game that truly mattered. And just when we thought this adventure could not get any better, on our way home from Sochi we met the heroes on our Canadian soccer team, Christine Sinclair and Karina Leblanc. I will never forget the semi-final game against the Americans in the London Olympics. Many say victory was stolen from them. Yet the grace with which they handled the injustice is what we will always remember.

Now everyone asks if I am retiring. But four Olympics later, I still love it. The goose bumps I felt through my entire body when Poulin scored; nothing in life will ever give me those emotions, that adrenaline rush. How does one move on from that addiction? I want it again and again. They say, ‘’It’s just a game,’’ but when you have done it all your life, you begin blending your self-worth with your accomplishments and defining who you are depending on your performances. Is it really just a game when you have spent 25 years doing it? How do athletes move on to a normal life when all we experienced is abnormal? We are always going from a feeling of exhilaration to feeling of disillusionment. I feel like I want to keep playing until they have to peel the jersey off my back. The game is in me and it will never leave me.

I know that the 13 million Canadians who watched our final game in Sochi will always remember that our team proved that even against all odds, there is always hope to find a way. I certainly dream that thousands and thousands of young girls will want to take on hockey or another sport. I hope that parents will embrace that wish to play. I like to believe that is the greatest legacy our team will leave. Sport has brought so much to my life! Taught me about the notions of confidence, teamwork, leadership, and perseverance. Preparing me in no better ways in my opinion for the hardships of life. The thought that we might have contributed to creating a better future for young female athletes is unbelievable.

There has never been a better time for the NHL to help us create our WNHL. It’s time to provide female hockey players worldwide a place to play so that great athletes like Finnish goaltender Nora Ratty does not retire at 24 years old because of an inability to pay rent! It’s time to provide young girls with female role models others than Miley Cyrus! We must give them a dream that they can grow up and win the CWHL’s Clarkson Cup, our own Stanley Cup. The NBA, through the WNBA, continues to offer that possibility to the greatest basketball female athletes. I have no doubt that the NHL has the power and the resources to create equal opportunity for all. I hope I live long enough to see it happen! Mr. Bettman, we need you to bring us forward, to help us grow the Canadian Women’s Hockey League. I have played for 16 years on the national team, combining training and work to survive financially with the best reward being an ever-growing love for our game, and striving all along to grow women’s hockey so that Marie-Philip Poulin’s generation might have an opportunity to play hockey for a living, and become what they were meant to be.

Thank you, Canada, for your unconditional support during the Olympic Games! We are so proud to represent Canada and we felt the support of the entire country! To all my teammates and staff, through so much, we found a way to prevail in an unforgettable moment. Our bond will be forever special. Four Olympic Games shared with my friend Charline Labonté, whose friendship helped me through several difficult moments. Her team-first mentality and humility always inspires me to be a better teammate and leader. Lastly, I would love to thank my biggest difference-makers, my parents. I was so happy to be able to share this moment with them! My dad was at the Olympic Games for the first time! My parents believed in the Olympic dream before I did. I am so thankful for all the sacrifices they made to allow me to pursue my passion.

Notre victoire contre toute attente

Je suis revenue de Sotchi en compagnie de mes coéquipières le 25 février dernier. L’accueil que l’on nous a été réservé était magnifique et touchant. Des gens de partout au Canada nous ont répété que c’était la plus grande partie de hockey qu’ils ont vue à jour, et l’ont même comparé à dernière partie de la Série du siècle entre le Canada et l’Union soviétique en 1972. Le but de Marie-Philip a fait écho partout au Canada, la preuve de l’effet rassembleur de ce sport dans une nation. C’est son plus grand pouvoir et sa plus grande beauté. Et nous ne commençons qu’à comprendre tout ce que nous pouvons accomplir.

La soirée précédent notre finale olympique, nous avons regardé Kaillie Humphries et Heather Moyse faire une remontée inattendue pour décrocher une deuxième médaille d’or olympique. Nous avons criée durant leur descente, et durant la dernière, celle des Américaines, qui n’ont pas pu reproduire la conduite presque parfaite de Kaillie. Quand elles ont gagné, nous avons sauté de joie comme si nous avions, nous aussi, gagné la médaille d’or. Le lendemain, nous avons reçu une note écrite par Heather. C’était une prophétie de notre destin. La note disait … « Il y a des hauts et des bas dans chaque course ou match, mais nous sommes la preuve que si vous continuez à croire en vos possibilités, les résultats peuvent être en or. Cette partie vous appartient ! La glace est à vous ! Battez-vous jusqu’à au tout dernier moment!”

Je conserverai cette lettre éternellement. J’ai gardé les mots inspirants que Cassie Campbell avait écrits à l’équipe avant les finales olympiques de 2002 et 2006. Et comme j’étais tout à fait convaincue que nous étions prêtes pour ce moment, j’ai rédigé une note à l’équipe le soir avant la finale.

Voici une partie de ma lettre :

« Nous sommes prêtes ! Je crois en notre préparation, dans toute l’adversité que nous avons traversé qui nous a rendues plus fortes. Notre équipe est faite de personnes qui sont prêtes à tout. Nous avons vécu toutes les situations possibles et nous avons trouvé une façon de franchir tous les obstacles qui ont été mis sur notre route !

Demain ne sera pas différent, le podium est réservé aux Braves, nous souffrirons. Nous devrons jouer avec un désespoir maîtrisé ! Et quoi qu’il arrive, nous n’arrêtons jamais de nous battre ! Nous continuerons à avancer dans l’unité, vague après vague ROUGE ! Nous avons l’attitude de ne jamais abandonner !

Nous avons été là l’une pour l’autre jusqu’au fil d’arrivée tellement de fois ! Nous nous somme prouvées que nous avons toujours tellement plus à donner, que nous sommes capable de tout !

C’est notre dernière partie ensembles … Faisons de cette partie un grand moment de fierté dont on se souviendra pour toujours ! »

Je n’ai pas besoin de mentionner que la partie n’a pas débuté aussi bien que prévu. Après les deux premières périodes, en désavantage d’un but, nous nous sommes rappelé que nous avions fait un revirement en troisième période du match préliminaire pour l’emporter 3 à 2. Tout au long de la saison, la troisième période a été la meilleure. Nous savions que nous étions en condition pour performer durant 60 minutes, et plus si nécessaire.

Mais avec un écart de deux buts contre une équipe américaine forte, la chance semblait nous avoir quittées, avec moins de quatre minutes avant la fin de la partie. Nous sommes restées calmes et concentrées sur le banc, nous encourageant et se donnant autant d’énergie que possible. Nous étions nerveuses à l’intérieur mais nous n’allions pas le montrer, et laisser tomber avant la dernière seconde.

Le but de Brianne Jenner était encourageant et énergisant. Nous avons ensuite constaté que les déesses du hockey étaient de notre côté quand, après une maladresse de l’arbitre, la rondelle a roulé et frappé le poteau. Du banc où j’étais placée, la trajectoire indiquait qu’elle allait entrer dans le but. Mais la rondelle était de côté, et comme une pierre de curling, elle s’est mise à tourner vers la gauche. Tout le monde retenait son souffle. Il aurait été tellement injuste de terminer la partie de cette façon. Nous avons toutes crié quand nous avons vu la rondelle frapper le poteau. Et l’espoir est revenu quand nous avons réalisé que nous étions toujours dans la partie. J’ai eu l’impression que nous étions destinées à compléter notre revirement. Ça nous a permis d’y croire davantage.

Nulle autre que Marie-Philip Poulin ne méritait d’égaliser la partie d’une manière aussi dramatique avec 55 secondes à jouer ! Les joueuses sont devenues folles de joie, sautant et s’étreignant sans arrêt !

Dans le vestiaire après les trois périodes, nous étions excitées et nous sentions que nous avions tout le momentum nécessaire. Je n’ai jamais vu un groupe aussi déterminé à gagner. Il y avait un mélange de confiance et de certitude que nous pourrions réussir en temps supplémentaire. Quand Poulin a marqué, sur une belle passe de Laura Fortino, tout semblait surréel. J’ai encore l’impression de vivre un rêve aujourd’hui.

Ce que les gens ignorent de notre héroïne, Marie-Philip Poulin, c’est qu’elle s’est blessée tôt cette saison. Lorsqu’elle est revenue au jeu après une longue réadaptation, a ré-aggravé immédiatement sa blessure. Ce sport peut être parfois cruel. Elle n’a pas été capable de jouer pendant plusieurs mois. Mais avec une détermination implacable, elle s’est entraîné et a suivi son programme à chaque jour, avec l’espoir de réussir sa guérison cette fois-ci. Et c’est ce qui s’est passé, elle est retournée au jeu plus forte que jamais tout en gérant la douleur résiduelle. Elle a mené notre équipe par l’intensité de son jeu et le calme qui permet à quelques individus dans ce monde de marquer les points les plus importants. Elle mérite définitivement une médaille de courage, ainsi que Meaghan Mikkelson, qui a joué la finale avec une fracture à la main.

Je dois admettre que cette année a été si difficile physiquement et émotionnellement, que je me suis surprise à questionner mon amour du hockey pour la première fois de ma vie. Ensuite, j’ai réalisé que j’avais toujours la passion et mon énergie est revenue. L’amour était toujours là. Notre saison a été parsemée d’obstacles, de changements, de blessures et de plus de défaites que de victoires. Le grand Peter Jensen, notre psychologue sportif, a souvent répété « la seule certitude dans la vie est le changement. Lâchez prise. » Nous avons le choix de résister, ou d’accepter ce que nous ne pouvons changer et d’avancer. Mais tout au long de cette saison d’adversité, ce qui ne peut être mesuré est la résilience que nous avons acquise, et qui est devenue un catalyseur de notre succès. En cours de notre préparation, le slogan de l’équipe est devenu L’unité dans l’adversité. Il témoignait de notre cheminement comme équipe. Notre logo est une pièce de casse-tête, l’image que chaque membre est un lien important dans la force et le succès de l’équipe. Parce que chaque personne a joué sont rôle à perfection, notre équipe n’était pas inébranlable !

Le départ soudain de notre entraîneur Dan Church a été un choc difficile à gérer. Nous avions une bonne longueur d’avance sur les Américaines avec un entraînement boot camp d’un mois en mai et en débutant la centralisation un mois plus tôt qu’elles. Nous avons débuté notre préparation confiantes, remportant les trois premières parties contre les Américaines. Mais une période creuse a suivi, l’inhabilité de marquer, les blessures, le désespoir, et ce qui semblait être une fatigue insurmontable. Les défaites ont engendré le chaos et le changement d’entraîneur-chef. Je suis reconnaissante de ce que Dan a apporté à l’équipe. Il était avec nous pendant la majeure partie de notre préparation. Ce qui m’a fait réaliser que ma plus grande contribution à l’équipe ne serait pas nécessairement de compter des buts mais d’être un bon leader.

Kevin Dineen nous a apporté une nouvelle énergie ; un nouveau départ. Il a eu la sagesse de ne pas regarder en arrière. Il nous a propulsées vers l’avant. Il comprenait l’importance de créer une relation de confiance très solide avec les entraîneures adjointes Lisa Haley, Danielle Goyette et tout le personnel. Son expertise provient de son rôle d’entraîneur et de joueur dans la LNH, notamment comme capitaine. Ce sont des connaissances qui ne s’enseignent pas. Kevin est un leader charismatique que les gens adorent entendre parler. Il a dirigé l’équipe avec passion et courage. Il ne se souciait pas des réalisations passées des joueuses. Nous devions faire nos preuves à nouveau. Nous devions mériter chaque marque de reconnaissance. Il a ébranlé notre zone de confort, nous a lancé de nouveaux défis. Il a exigé que chaque personne soit responsable et s’engage entièrement dans le succès de l’équipe. Il nous a demandé de laisser notre égo à la maison. En fin de route, Kevin, Danielle, Lisa et notre personnel ont bâti une équipe unie et prête à se mesurer à n’importe qui. Nous savons que Kevin ne sera pas avec nous de façon permanente. Notre ambition était de décrocher l’or olympique ; la sienne de remporter une Coupe Stanley! Je lui souhaite les deux! Prochainement, il immortalisera les moments passés avec nous en se faisant tatouer les anneaux olympiques, ce qui représentera une autre victoire pour les joueuses !

Je sais très bien que notre victoire repose en partie sur un concours de circonstances improbable. Et même si les joueuses canadiennes et américaines prennent plaisir à se détester, je ne peux pas imaginer l’agonie qu’elles ressentent. Elles étaient, après tout, à un petit pouce de l’or. C’était la neuvième partie entre nos deux formations et chaque équipe avait remporté quatre matchs. Pour les athlètes, ce n’est pas qu’un jeu. C’est ce qui nous pousse à chaque jour à nous dépasser. Au hockey, on gagne l’or et on perd l’argent. En hockey féminin, seul l’or semble acceptable. La douleur ne s’estompera pas de si tôt pour elles, mais la vie continue. J’espère qu’un jour, elles pourront aussi célébrer la fierté de leur cheminement olympique.

Un moment spécial depuis notre victoire a été de voir le nombre incroyable de vidéos montrant la réaction des gens suite au but de Poulin. Une preuve que le sport peut soulever une nation! Même aujourd’hui, les Canadiens et Canadiennes me parlent encore de la victoire de 2002 à Salt Lake City. Nous étions résilientes et calmes tout au long des 13 punitions qui nous avaient été allouées. De plusieurs façons, cette saison ressemblait à notre préparation pour 2002. Parsemée d’adversité et couronnée d’un triomphe contre toute attente, au moment le plus important. Et lorsque nous pensions que notre aventure ne pouvait pas être meilleure, sur le chemin du retour de Sochi, nous avons rencontré deux héroïnes de l’équipe canadienne de soccer, Christine Sinclair et Karina Leblanc. Je n’oublierai jamais la demi-finale contre les Américaines aux Jeux olympiques de Londres. Plusieurs diront que la victoire leur a été volée. Mais on se souviendra d’elles pour la grâce avec laquelle est ont géré cette injustice.

Maintenant, tout le monde me demande si je prends ma retraite. Même après quatre Jeux olympiques, j’aime toujours jouer. Je pense à la chair de poule que j’ai ressentie quand Poulin a marqué, il n’y a rien au monde qui me ferait vivre ces émotions et le rush d’adrénaline qui l’accompagne. Comment une personne peut-elle se défaire d’une telle addiction? J’en veux encore et encore! On dit que ce n’est qu’un jeu (« it’s just a game »), mais quand on l’a pratiqué toute sa vie, on commence à associer sa valeur personnelle à ses réalisations, et à définir qui on est en fonction de ses performances. Est-ce juste un jeu quand quelqu’un y investit 25 ans de sa vie? Combien d’athlètes passent à une vie normale quand tout ce qu’ils ont vécu sort de l’ordinaire? Nous passons régulièrement de l’euphorie à la désillusion. Je crois vouloir continuer à jouer jusqu’à ce qu’on me retire mon chandail de sur le dos. J’ai le hockey dans le sang et je sais qu’il ne me quittera jamais.

Je sais que les 13 millions de Canadiens qui ont regardé la finale de Sotchi se souviendront toujours que notre équipe a prouvé, contre toute attente, qu’il faut toujours garder espoir. Je rêve que des milliers de jeunes filles voudront apprendre à jouer au hockey ou à un autre sport. J’espère que les parents les appuieront dans leur choix. J’aimerais croire que c’est le plus grand héritage que notre équipe laissera. Le sport m’a tellement apporté! Il m’a appris les notions de confiance en soi, d’esprit d’équipe, de leadership et de persévérance. Le sport n’aurait pas pu mieux me préparer à affronter les moments difficiles de la vie. La pensée que nous pourrions avoir contribué à créer un meilleur avenir pour jeunes athlètes féminines est incroyable.

Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour la LNH pour nous aider à créer notre LNHF. Il est temps d’offrir aux joueuses de hockey de la planète une place pour jouer, afin que des grandes athlètes comme la gardienne finlandaise Nora Ratty ne prennent pas leur retraite à 24 ans parce qu’elles ne peuvent pas payer leur loyer! Il est temps de donner aux jeunes filles des modèles féminins autres que Miley Cyrus! Nous devons leur transmettre le rêve qu’elles peuvent grandir et remporter la Coupe Clarkson de la LCHF, notre propre Coupe Stanley. La NBA, via la WNBA, continue d’offrir cette chance aux meilleures joueuses de basketball. Je n’ai aucun doute que la LNH a le pouvoir et les ressources pour créer des opportunités égales pour tous. J’espère vivre assez vieille pour voir ce projet se réaliser! M. Bettman, nous avons besoin de votre appui pour faire grandir la Ligue canadienne de hockey féminin. Je joue depuis 16 ans sur l’équipe nationale, jumelant l’entraînement au travail pour survivre financièrement. J’ai comme récompense une passion toujours grandissante pour le hockey, et une détermination à contribuer à la croissance du hockey féminin pour que les joueuses de la génération de Marie-Philip Poulin aient la chance de gagner leur vie en jouant au hockey, et en devenant meilleures qu’elles n’auraient jamais imaginé.

Merci au Canada pour son appui inconditionnel durant les Jeux olympiques ! Nous sommes si fières de représenter le Canada et nous sentons les encouragements de tout le pays! À toutes mes coéquipières et au personnel, merci beaucoup, nous avons réussi à gagner d’une façon si mémorable. Le lien qui nous unit sera éternellement spécial. Merci à mon amie Charline Labonté avec qui j’ai vécu quatre Jeux olympiques et dont l’amitié m’a soutenue à travers les moments difficiles. Sa façon de mettre l’équipe en premier et son humanité m’inspire toujours à être une meilleure coéquipière et leader. Dernièrement, j’aimerais remercier ceux qui ont fait la plus grande différence dans ma vie, mes parents. J’étais très heureuse de pouvoir partager ce moment avec eux ! Mon père a assisté aux Jeux olympiques en personne pour la première fois ! Mes parents croyaient au rêve olympique bien avant moi. Je suis tellement reconnaissante pour les nombreux sacrifices qu’ils ont faits pour me permettre de réaliser mes rêves.

CaroSochi Gold Medal Celebrations

Je fais partie d’un groupe de joueuses accomplies. Près d’une dizaine d’entre elles sont les capitaines de leur équipe.

Hayley Wickenheiser, Jayna Hefford, Catherine Ward et Gillian Apps ont toutes fièrement porté le « C » cette saison. Mais seulement l’une d’entre nous devait assumer le rôle de capitaine à Sotchi. J’ai été l’heureuse élue…

Je vous avouerai que j’ai été très surprise d’être choisie. Honorée aussi. Il s’agit de l’un des plus beaux défis de ma carrière. Et je vais m’inspirer de celles qui m’ont précédée, dont les Québécoises France St-Louis et Thérèse Brisson. Ces deux femmes, que j’admire, m’ont inculqué des notions de leadership qui m’ont été fort utiles durant toute ma carrière.

Je garde aussi en mémoire les paroles de mon ex-entraîneur universitaire Shannon Miller. Elle décrivait le leadership comme un verre à moitié plein qu’il fallait remplir. Une bonne meneuse s’accorde de l’espace pour guider et soutenir ses coéquipières, mais aussi pour recevoir l’énergie et le savoir des joueuses à ses côtés.

J’ose croire que le leadership se définit par les actions que chaque joueuse est prête à poser afin de faire la différence. C’est la beauté du sport d’équipe. Si nous arrivons à nous donner confiance jusqu’à se croire invincibles, nous serons prêtes à traverser les épreuves devant nous…

Oui, nous avons bravé plusieurs tempêtes récemment. Est-ce que notre séquence de défaites est inquiétante? À première vue, peut-être. Mais chaque parcours préolympique a ses similitudes et ses périodes creuses. Je me souviens clairement, entre autres, d’un discours orageux de notre entraîneuse Melody Davidson en janvier 2010 dans notre vestiaire. Je vous épargne les détails de l’échange, mais elle nous avait savonnées comme jamais auparavant après une contre-performance.

On le méritait sans doute, mais ce n’était pas en raison d’un manque de conviction ou d’efforts. Dans toute sa sagesse, ma coéquipière Jayna Hefford avait tenu à rassurer l’équipe en nous rappelant que nous étions simplement épuisées physiquement et émotionnellement. C’est un bon exemple de leadership.

Il va sans dire que nous avons vécu une préparation olympique tumultueuse remplie de changements. Mais comme nous le rappelle souvent notre psychologue sportif, Peter Jensen : la seule certitude dans la vie, c’est le changement! À ce chapitre, nous avons sans aucun doute goûté à notre part du gâteau en 2013…

Nous avons bien sûr vécu le départ soudain de notre entraîneur Dan Church, mais aussi le retranchement en cours de route d’une coéquipière de longue date en Tessa Bonhomme. Maintenant, nous devons nous adapter à un nouveau leadership. Comme vétérane, je crois qu’il faut avoir la maturité de ne pas résister au changement, et l’aborder plutôt comme un nouveau défi qui solidifiera notre équipe.

J’ai une pensée pour mes partenaires des sept derniers mois qui ne nous accompagneront pas à Sotchi. Notre équipe est meilleure aujourd’hui grâce à Courtney, Bailey, Tessa, Vicki, Jenelle, et Brigette qui nous ont poussées à nous surpasser. Courtney Birchard et Bailey Bram sont même demeurées à nos côtés dans un rôle de réservistes après avoir été retranchées. Nous pouvons seulement imaginer leur peine (sans la comprendre totalement) d’avoir eu à vivre une telle fin de parcours. Je tiens à souligner leur courage et leur professionnalisme.

Un entraîneur clair et précis

L’entraîneur-chef Kevin Dineen est fortement apprécié par les joueuses. Il a la qualité d’être clair dans ses demandes. Chacune d’entre nous aura un rôle précis à accomplir. Mais certaines auront des tâches difficiles à accepter. C’est normal, nous voulons jouer dans toutes les situations, mais ce n’est pas possible. Les entraîneurs choisissent les joueuses qu’ils croient capables de faire gagner l’équipe. Comme vétéranes, ce sera notre mission de nous assurer que toutes les joueuses sont prêtes à accepter leur rôle au sein de l’équipe…

J’aime bien d’ailleurs cette citation du regretté et grand entraîneur Herb Brooks pour décrire la réalité de toute équipe formée de joueurs d’élite.

« Ils (les joueurs) veulent tous jouer en avantage numérique. Cela fait partie du processus de formation d’une équipe étoile. Ces équipes peuvent parfois imploser en raison des ego et du narcissisme des joueurs. »

Je crois que Kevin Dineen possède cette capacité d’amener notre équipe à un niveau jamais atteint. Sa belle complicité avec ses adjointes Lisa Haley et Danielle Goyette est évidente. Kevin apporte l’expertise unique d’un joueur et entraîneur de la LNH. Il a eu la chance de côtoyer les meilleurs entraîneurs et joueurs du monde.

Samedi dernier, il m’a lui-même annoncé la nouvelle de ma nomination comme capitaine avant un entraînement. Oui, je suis vraiment motivée à remplir ce rôle pour aider mon pays à gagner une quatrième médaille d’or d’affilée aux Jeux. Nous sommes maintenant en Autriche, où Hockey Canada a choisi de nous faire compléter notre préparation olympique avant notre départ pour Sotchi.

Nous nous réjouissons d’avoir terminé la phase la plus difficile de nos entraînements. Je n’ai aucun doute que cette équipe, une fois reposée, aura une toute nouvelle énergie. Nous ne nous sommes jamais entraînées aussi fort. Les filles sont dans une condition physique extraordinaire. Dorénavant, nos séances sur la glace seront plus courtes. Les entraînements seront axés sur l’exécution.

En plus de disputer deux matchs contre des équipes masculines autrichiennes, nous allons profiter de ce séjour pour nous adapter au nouveau fuseau horaire. Les entraîneurs ont prévu beaucoup de repos. Nous aurons donc un peu de temps pour visiter ce pays dont je n’ai entendu que de bons commentaires, notamment de la bouche de mon père André qui est un grand voyageur.

En dépit de son goût pour l’aventure, mon père n’a jamais assisté aux Jeux. Sotchi sera (enfin) sa première expérience olympique. En Russie, il sera accompagné de ma mère Nicole. Je les vois déjà dans les gradins avec leurs manteaux rouges canadiens identiques sur le dos, prêts à encourager l’équipe et à afficher leur fierté débordante qui parfois peut m’embarrasser! Mais comment leur en vouloir?

Si je suis aux Jeux, c’est d’abord grâce à eux. Nicole et André ont cru à mon rêve olympique avant moi. Et aujourd’hui, capitaine ou non, j’ai le devoir avec mes coéquipières de ramener l’or au pays.

http://olympics.cbc.ca/blogs/author/caroline-ouellette/article/lucky-chosen-captain.html

I belong to a group of accomplished players. Almost a dozen of them have the role of captain for their team.

Hayley Wickenheiser, Jayna Hefford, Catherine Ward and Gillian Apps have all proudly been captains this season. But there can only be one of us who gets the role of captain in Sochi. I get to be the lucky one.

I must confess that I was very surprised to be chosen. And I was honoured, too. It’s one of the nicest challenges of my career and I’m going to get my inspiration from those who have preceded me, such as Quebeckers France St-Louis and Thérèse Brisson. These two women, that I greatly admire, have taught me the notion of “leadership” that has been very useful to me all throughout my career.

I also live by the words of my former university coach Shannon Miller. She described “leadership” as a glass half full that needs to be filled. A good leader gives herself the space to guide and sustain her teammates, but also to receive the energy and the know-how of the players by her side.

I like to believe that “leadership” is defined by the actions that every player is ready to undertake in order to make the difference. That’s the beauty of team sports. If we allow ourselves to be confident enough to believe that we are invincible, we will be ready to face the events that are about to unfold before us.

We have had to brave several battles recently. Is our streak of defeats worrisome? At first sight, maybe. But each pre-Olympic road has its valleys and its peak periods.

I remember clearly, amongst others, an intense talk by our coach Melody Davidson in January 2010 in our change room. I will spare you the details of this ugly exchange, but she yelled at us like she had never done before after a bad performance.

We deserved it, that’s for sure, but it was not because of lack of conviction or effort. In all her wisdom, my teammate Jayna Hefford went to great lengths to reassure the team by reminding us that we were simply physically and emotionally exhausted. That’s a good example of “leadership”.

It goes without saying that we have lived a turbulent Olympic preparation with all the changes that we went through. But as our sport psychologist Peter Jensen usually tells us, “the only certain thing in life is change.”

This time around, there’s no doubt that we have had a taste of that.

First, we saw the sudden departure of our coach Dan Church, as well as the elimination of our long-time veteran teammate, Tessa Bonhomme. Now, we have to get used to a new leadership. As a veteran, I believe that we must have the maturity to not resist change, and to instead see it as a new challenge that will strengthen our team.

I also turn my thoughts to those partners that have been by our side during these seven last months and who will not come with us to Sochi.

Our team is better today thanks to Courtney, Bailey, Tessa, Vicki, Jenelle, and Brigette, who all pushed us to surpass ourselves. Courtney Birchard and Bailey Bram have even remained on our side as reserves after having been cut.

We can only imagine how hard it is to go through such a situation. I want to commend their courage and their professionalism.

Dineen clear and precise as coach

Head coach Kevin Dineen is very appreciated by the players. He has the merit of being crystal clear in his requests.

Each one of us will have a precise role to play. But some of us will have some difficult tasks to accept. It’s normal, we all want to play in all situations, but it is not possible. The coaches choose the players that can bring the team to a win.

It is our mission as more seasoned players to ensure that all of our teammates are ready to accept their role within the team.

I love this quote by the late and great coach Herb Brooks, which well describes the reality of any team composed by star players:

“They (the players) all want to be on the ice during a power play,” he said. “This is part of the process of putting together an all-star team. These teams can sometimes collapse because of the ego and narcissism of the individual players.”

I believe that Kevin Dineen has the ability of taking our team to a level that we never reached before. He enjoys a nice complicity with assistant coaches Lisa Haley and Danielle Goyette. Kevin brings the unique expertise of a NHL player and coach. He’s had the chance to work alongside the best coaches and players in the world.

Last Saturday, it was Kevin himself who gave me the news of my nomination as captain, before a practice. Yes, I am really motivated to fill this role to help my country win the fourth straight medal at the Games. Right now we are in Austria, the place that Hockey Canada chose for our Olympic preparation before our departure for Sochi.

We are happy and relieved to have finished the most difficult phase of our training. I have no doubts that once this team has a chance to rest it will display a renewed energy. We have never practiced this hard before. The girls all are in an extraordinary physical shape. From now on, our ice practices will be shorter, and the training will be focused on execution.

Besides playing two games against some Austrian men’s teams, we are going to take advantage of this stay to adapt to the new time zone. Our coaches have planned for a lot of rest. So we will enjoy some time to visit this country, for which I have only heard good things, especially from my father Andre’ who is a big traveller.

Despite his love for adventure, my dad has never attended the Games in person. Sochi will be his first Olympic experience. In Russia, he will be accompanied by my mother Nicole. I can already see them in the stands with their identical red Canadian coats on, ready to support the team and to display their overflowing pride – something that I sometimes find embarrassing!

But how can I hold it against them?

If I’m at the Games, I owe it first to them. Nicole and Andre’ believed in my Olympic dream before I did. And today, captain or not, it is my duty with my teammates to bring a gold medal back to our country.

Les Stars de Montréal affrontent Brampton samedi à Longueil et dimanche à Ville Mont-Royal. Cette initiative de la Ligue Canadienne de Hockey féminin est dans le but de promouvoir le hockey féminin dans ces communautés.

Nous revenons fortes de 2 belles victoires à Boston le weekend dernier par la marque de 6 à 3 et 3 à 1. Brampton est l’équipe que nous avions affrontée en finale de la Coupe Clarkson la saison dernière. La rivalité que nous entretenons avec cette équipe est de la plus féroce de la ligue et ce, depuis plusieurs saisons. Brampton compte sur ses rangs la toujours dangereuse Jayna Hefford; Gillian Apps, la petite fille de Syl Apps intronisé au temple de la renommée du hockey; les olympiennes Cherie Piper, Lorie Dupuis ainsi que Florence Schelling, gardienne de la Suisse à Vancouver. De plus vous serez en mesure de voir les membres de la dernière édition de l’équipe Canadienne au dernier championnat du monde, Courtney Birchard, Vicki Bendus et Bailey Bram.

Le match de samedi aura lieu à l’aréna Émile-Butch-Bouchard et dimanche à l’aréna Ville Mont-Royal TMR. Il nous reste sept matchs à domicile pour la saison 2012-2013 alors nous espérons vous y voir en grand nombre!

Voici le communiqué de presse de nos matchs!
Merci
Caro

COMMUNIQUÉ Pour transmission immédiate

Les Stars de Montréal joueront à Longueuil et à Ville Mont-Royal ce week-end

(Montréal, QC), le mardi 15 janvier 2013 – Les Stars de Montréal profitent des premières parties de 2013 à domicile pour visiter deux communautés où se développe la relève du hockey féminin de la région. Elles affronteront l’équipe de Brampton le samedi 19 janvier à 17h30 à Longueuil et le dimanche 20 janvier à 12h30 à Ville Mont-Royal.

La partie de samedi, présentée en collaboration avec le collège Édouard-Montpetit, aura lieu à l’aréna Émile- Butch-Bouchard (200, rue de Gentilly, Longueuil). Mme Caroline Saint-Hilaire, mairesse de la ville de Longueuil, procédera à la mise au jeu protocolaire.

La partie de dimanche sera jouée à l’aréna Ville Mont-Royal/TMR (1050, chemin Dunkirk, Mont-Royal) sera présentée en collaboration avec l’Association de hockey mineur Mont-Royal/Outremont. Les parties comprendront des tirages, de l’animation, des démonstrations d’habiletés ainsi qu’une séance d’autographe avec les joueuses des Stars.

Les olympiennes Meghan Agosta, Julie Chu, Charline Labonté, Caroline Ouellette et Catherine Ward (qui a évolué au sein de l’Association de MRO en hockey mineur) seront de l’alignement des Stars de Montréal. La partie promet d’être excitante alors que l’équipe de Brampton compte également dans ses rangs plusieurs joueuses de calibre international dont les olympiennes Jayna Hefford, Gillian Apps, Cherie Piper, Lori Dupuis, et la gardienne Liz Knox.

L’admission est de 10$ et gratuite pour les jeunes de 18 ans et moins qui portent le chandail de hockey de leur équipe et pour les enfants de moins de 12 ans.
Au sujet de LCHF
La Ligue canadienne de hockey féminin est un
organisme à but non lucratif dédié à élever le profile du hockey féminin, tout permettant aux meilleures joueuses nord-américaines de s’entraîner et de rivaliser entre elles. La Ligue offre aux partisans un spectacle de niveau international mettant en vedettes les joueuses de hockey les plus talentueuses. La LCHF débute sa quatrième saison en tant que plus importante ligue de hockey féminin au monde. Depuis sa création en 2007, la LCHF a contribué à toutes les parties des équipes, à domicile, à l’extérieur, ainsi que les parties de levée de fonds et d’exhibition dans la communauté. Chaque saison se termine par un tournoi excitant où les meilleures équipes s’affrontent pour remporter la Coupe Clarkson. La
LCHF dépend de la participation des joueuses dans ses décisions, et dépend d’un financement central, qui est réparti également entre les équipes.
Renseignements et entrevues :

Hélène Lapointe Stars de Montréal 514 266-7566 mediastarsdemtl@gmail.com
-30 –

Renseignements sur la LCHF (anglais seulement) :
Brenda Andress Commissaire 647 278-6515 bandress@cwhl.ca

(Montréal, Québec) Wednesday, December 4, 2012– A first in Montreal, Les Boys will see if they measure up against Les Stars de Montreal (« Les Girls » for the occasion) at a fundraising game next Saturday, December 15, at 1 pm at Étienne-Desmarteau arena in Rosemont.

This special event will provide a unique opportunity for Montrealers to see some of their favourite actors from the Les Boys television series prior to the release of a fifth film in the spring of 2013. Les Boys will be bolstered by NHL alumni and friends as they face the formidable talents of the Montreal Stars, winners of the highest honour in North America the last two seasons, the Clarkson Cup (and whose current roster includes 7 Olympic champions!).

Both organizations hope to pack the Caroline Ouellette Arena at Étienne-Desmarteau, which contains 1,200 seats. Profits will be divided equally between the Montreal Stars and the Les Boys foundation, the Quebec Foundation for Children. The proceeds will support the club’s operating expenses this season, including marketing initiatives and coaching stipends. Admission is $ 20 for all and tickets are available online. Due to the nature of this event, season passes, regular tickets and free passes will not be accepted.

Admission : 20 $/person

Tickets online only: http://store.cwhl.ca/collections/tickets-passes/products/les-boys-contre-les-girls

Information (Les Girls) : Information (Les Boys) :

Hélène Lapointe Lenny Jo Goudreau

Stars de Montréal Les Boys

514 266-7566 514-591-7316

mediastarsdemtl@gmail.com lgoudreau@melenny.ca

Stars-15dec_email

Bonjour amateurs de hockey!

Samedi prochain le 15 décembre à 13:00, les Stars de Montréal de la Ligue Canadienne de Hockey féminin (CWHL) affronteront les Boys et des anciens de la LNH dont Enrico Ciccone et Georges Laracque!

J’ai toujours adoré les ’’Boys’’ depuis la parution du premier film en 1997. Je n’ai jamais imaginé que j’aurais le privilège en 2001 en faire partie du film les Boys 3 avec plusieurs de mes coéquipières de l’équipe Canadienne dont Kim St-Pierre, France St-Louis et notre entraîneure de l’époque Danièle Sauvageau. Ce fut une expérience extraordinaire pour nous. J’ai toujours admirer les acteurs des Boys et j’avais la chance de rencontrer en personne Pierre Lebeau, Yvan Ponton, Marc Messier, Serge Thériault, Rémi Girard et plusieurs autres. J’ai acquis tellement de respect pour le travail des comédiens mais aussi celui de toutes les personnes impliquées sur le plateau de tournage. Quelques minutes de film absolument tordante où les Boys se font ’’planter’’ par les filles de Team Canada ont pris 2 journées entières de 13 heures à filmer. Je me souviens que j’étais tellement nerveuse avant de filmer les scènes où j’étais impliquées! Surtout celle où je devais suggérer à Boisvert de se battre avec moi qui défendre une coéquipière! J’ai adoré l’expérience! Je pense que les Boys font partis intégrale de la culture du Québec! On connait les blagues par coeur. On s’attache aux personnages! On se reconnait tous à travers ce groupe d’amis qui pratiquent un sport commun et qui surmontent différent obstacles ensemble.
Nous sommes très reconnaissantes que l’organisation des Boys a accepté de nous affronter lors de cette levée de fonds ainsi que Enrico et Georges, vétérans de la LNH qui au cours du passé ont su supporter la cause du hockey féminin dans les médias!
Le match aura lieu à l’aréna Étienne Desmarteau situé au 3430 De Bellechasse dans le quartier Rosemont à Montréal. Les profits seront diviser entre la Fondation Québécoise pour l’enfance et les Stars de Montréal. 
La Fondation construit des écoles dans les régions pauvres du Mexique dans le but d’offrir aux enfants des quartiers défavorisés une éducation qui pourrait les aider à sortir de la pauvreté. De notre côté, nous devons amasser $25,000 pour les opérations de la CWHL alors nous espérons que ce match nous aidera à atteindre notre objectif.
J’espère vous y voir en grand nombre! 
Voici notre communiqué de presse! On aura un encan silencieux avec plusieurs beaux items de hockey dont un Chandail signé de PK Subban! 
Merci
Caro
Les Boys rencontrent Les Girls!

(Montréal, Québec) Le mercredi 5 décembre 2012 – Du jamais vu à Montréal, les Boys se mesureront aux Stars de Montréal (Les Girlspour l’occasion) lors d’une partie-bénéfice qui aura lieu le samedi 15 décembre prochain à 13h à l’aréna Étienne-Desmarteau de Rosemont.

Cet évènement donnera l’unique occasion aux montréalaises et montréalais de voir de près quelques-uns de leurs acteurs favoris de la série télévisée Les Boys, qui préparent la sortie de leur 5e film au printemps 2013, des vedettes de la LNH à la retraite, ainsi que d’admirer les talentueuses Stars de Montréal, qui comptent plusieurs championnes olympique à leur alignement et ont remporté la plus haute distinction de la LCHF les deux dernières saisons, la Coupe Clarkson.
Les deux organisations espèrent faire salle-comble à la glace Caroline Ouellette de l’aréna Étienne-Desmarteau, qui contient quelque 1 200 places. Les profits seront répartis également entre les Stars de Montréal et la fondation du groupe Les Boys, la Fondation québécoise de l’enfance. Ce financement permettra entre autre à l’équipe des Stars de Montréal de promouvoir ses parties à domicile ainsi que d’offrir un salaire symbolique à ses entraîneurs. L’admission est de 20 $ pour tous et les billets sont disponibles en ligne seulement. En raison de la nature de cet événement, les billets de saison ou billet régulier ne seront pas acceptés.

Admission : Prix unique de 20 $/personne
Billets disponible à la porte la journée de l’évènement ou en ligne à 


http://store.cwhl.ca/collections/tickets-passes/products/les-boys-contre-les-girls

poster-nov17_email-1

Bonjour membres du Grand Club de RDS!

Samedi prochain le 17 novembre à 17:00 à l’aréna Étienne Desmarteau à Montréal, les Stars de Montréal affrontent les Blades de Boston au cours de la 3e édition de notre match au profit de la Fondation Québécoise du Cancer du Sein! Plus de 12 Olympiennes médaillées à Vancouver feront parties du match!

Nous aurons pour l’occasion un encan avec plusieurs items signés par des joueurs de la LNH dont Sidney Crosby, Sean Couturier et JS Giguere grâce à la générosité de Reebok CCM, plus particulièrement de Tawnya Danis, ancienne membre des Stars, Éric Bannon et de Olivier Camet.

Des chandails et bâtons autographiés par des Olympiennes comme par example un chandail d’équipe Canada signé par les membres de l’équipe Canadienne championne du Monde en 2012, un bâton signé par les membres de l’équipe Canadienne à la dernière Coupe des 4 Nations, un bâton autographié par Hayley Wickenheiser, par les trois gardiennes de l’équipe Canadienne et de l’équipement utilisé par Kim St-Pierre (gants et blocker)! Nos nombreux items seront sans doute très appréciés par les collectionneurs. Les chandails Roses et les bâtons Bauer utiliser par les joueuses des Stars seront aussi mis à l’encan. Grâce à la collaboration de Molson, nous offrirons des breuvages alcoolisés et même des ”cupcakes” pour ceux qui préfèrent le sucré!

C’est une cause qui me tient à coeur. En Février 2009 ma tante Claire a été diagnostiquée d’un cancer du sein. Elle s’est couragement battue à travers 2 opérations, des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie pendant près d’un an! Elle est aujourd’hui en rémission. Claire a été pour moi une grande source d’inspiration alors que je me préparais à participer a mes troisième Jeux Olympiques en hockey. Elle n’a jamais cessé de m’émerveiller par son attitude positive et sa combativité lors de cette année difficile. J’ai dédié ma médaille d’or de Vancouver à Claire! La mère de notre capitaine Lisa-Marie Breton est aussi une survivante de la maladie. Plusieurs joueuses des Stars sont touchées de près ou de loin par cette maladie!

La rivalité entre notre équipe et Boston a toujours été une des plus intense de la CWHL, animé sans contredit par la compétition entre plusieurs membres de l’équipe Canadienne et Américaine. Lors de nos deux premiers affrontements cette saison, nous avons gagné le premier match en fusillade avant de s’incliner le lendemain contre les Blades. Nous sommes motivées à mieux performer alors ça promet d’être tout un weekend de hockey!

Le lock-out dans la LNH me fait de la peine aussi comme amateur de hockey et surtout des Canadiens de Montréal depuis toujours! Je vous invite donc à donner une chance au hockey féminin! Venez voir la passion et l’intensité avec laquelle les athlètes jouent. Je pense que vous pourriez être surpris de la vitesse et des habiletés des joueuses. Rencontrez les joueuses des deux équipes après la rencontre lors d’une séance d’autographe.

Si vous n’êtes pas disponible samedi, le 2e match de notre duel a lieu dimanche à 13:00 aussi à l’aréna Étienne Desmarteau!

Au plaisir de vous voir à nos matchs et de vous rencontrer après les rencontres!
Merci beaucoup de prendre le temps de me lire!
Caro

Caroline Ouellette, Noémie Marin, Emmanuelle Blais, Catherine Ward, Alyssa Cesere, Lauriane Rougeau, Robin Hunter, Karell Émard. Absentes: Kim St-Pierre, Charline Labonté, Lisa-Marie Breton, Bianca Della Porta, France St-Louis

La première Édition du Camp de Perfectionnement Caroline Ouellette a été un grand succès!

Merci aux 56 athlètes de 13-18 ans qui ont participé au camp et démontrer une super attitude et éthique de travail!

Merci à Catherine Ward et Noémie Marin qui m’ont assistée comme entraîneures sur la glace.
À Kim St-Pierre, Charline Labonté, Jaimie Leonoff qui on agis comme entraîneures des gardiennes.
Lauriane Rougeau, Emmanuelle Blais, Alyssa Cesere, Karell Émard, Bianca Della Porta comme Leaders de groupe!
Lisa-Marie Breton: préparateur physique
Robin Hunter: thérapeute du sport
Invitées spéciales: France St-Louis, Yoga Hockey, Suaad Ghadban, Geneviève Rougeau

Merci beaucoup pour votre participation!
En espérant vous revoir l’an prochain
Caro

The first edition of the Caroline Ouellette High Performance camp concluded last friday in Montreal and was a great success thank to the participation of 56 athletes from 13 to 18 years old from the province of Quebec! The athletes showed a great work ethic and desire to learn all throughout the week!

Huge thank to Catherine Ward et Noémie Marin who were on-ice head coaches
Kim St-Pierre, Charline Labonté, and Jaimie Leonoff: Our goalie coaches
Lauriane Rougeau, Emmanuelle Blais, Alyssa Cesere, Karell Émard, Bianca Della Porta our group Leaders!
Lisa-Marie Breton: Our strength coach
Robin Hunter: sport therapist
Special guests: France St-Louis, Yoga Hockey, Suaad Ghadban, Geneviève Rougeau

Thank you all very much for your involvement. Hope to see you next summer
Caro